7- Plan d'élimination du choléra

    



Cette section met l'accent sur l'évolution du financement du plan d'élimination du choléra présenté par le gouvernement haïtien avec l'appui de l'ONU. Les lecteurs pourront télécharger le plan accessible au format PDF au bas de cette page.


Avant  même d'aborder  la  question  du financement  du  plan d'élimination du choléra, il  y a lieu de faire deux remarques. Ces  remarquent ne concernent pas le fait qu'un document officiel de la République d'Haïti indique l'île d'Hispaniola au lieu de l'île d'Haïti, c'est un autre débat.


Dans le document de 115 pages qui présente en détails le plan d'élimination du choléra du gouvernement haïtien,


a) les mots  ONU, Nations-Unies, Népal, soldats népalais et MINUSTAH sont totalement absents. Il n'y a aucune information  non  plus  sur  l'origine de la bactérie  Vibrio  cholerae,  l'historique  de  l'épidémie  nous enferme dans  un défilement vertigineux de  chiffres et de lieux. Le mot  Mirebalais apparaît seulement à la 99e page dans le tableau sur le plan d'investissement en infrastructures. 


b) La photo  d'illustration  de  la  page  9 choisie par le gouvernement haïtien vient corroborer le rapport de l'ONU : imputer  davantage  la  propagation  fulgurante  de  l'épidémie du  choléra en  Haïti aux conditions  de vie exécrables de  la population  haïtienne  plutôt  que  d'indiquer  la  source directe du choléra que sont les soldats népalais onusiens. Les facteurs multiplicateurs  sont  les  seuls visés, le facteur causal est ignoré. La mise en contexte explicite du document ne laisse aucun doute. Sans exagérer, tout est  fait  pour rendre coupables les Haïtiens. De manière insidieuse, on suggère que les victimes du choléra sont avant tout victimes de leurs propres conditions de vie.  


En  diffusant une des images les plus dégradantes du pays, le gouvernement a vite oublié sa grande priorité de véhiculer une meilleure image d'Haïti à l'international. 


Cette mise en lumière du plan d'élimination sert à montrer à quel point les mains des dirigeants haïtiens sont liées sous cette occupation militaire internationale. Les  plus  critiques  verront plutôt  de la  complicité et/ou une soumission totale pour qualifier la posture, volontaire ou involontaire, de l'Exécutif haïtien face à l'ONU. 

Financement du plan d'élimination du choléra en Haïti   

Les experts indépendants auteurs du rapport commandité par l'ONU recommandent que pour oeuvrer à l'éradication du  choléra, les Nations Unies et le gouvernement d'Haïti doivent investir en priorité dans  les canalisations, l'approvisionnement  en  eau potable traitée et l'amélioration des infrastructures d'assainissement à travers Haïti. Le plan d'élimination du choléra du gouvernement haïtien, conçu pour dix ans, reflète cette 5e recommandation des experts. En effet, plus  de  70 %  du  budget  est  consacré  à  la direction nationale de l'eau et l'assainissement (DINEPA), alors que le  ministère de la Santé publique et de la population (MSPP) ne s'octroie qu'environ 12 %. 


L'ONU se propose de financer 1,1 %  du  plan d'élimination du choléra en Haïti, soit 23,5 millions USD.  


L’Organisation panaméricaine de la Santé/Organisation mondiale de la Santé (OPS/OMS) ajoute 500 000 US, soit  0,02 % du plan. D'autres fonds existants équivalant à 9,7 % du plan ont été redirigés vers la lutte contre le choléra.    _________________________________________________________________


Les fonds annoncés, au total 239 millions US, devraient servir à financer la première phase du plan qui coûterait environ un demi-milliard US pour les deux prochaines années. Cette première partie du plan prévoit également une vaste campagne de vaccination. L'ONU a donc fait appel à la générosité des bailleurs internationaux une fois de plus dans le but de compléter le financement de la première phase du plan d'élimination du choléra en Haïti. 


Les bailleurs internationaux hésitent à s'engager voire manifestent une certaine indifférence. Les promesses de dons atteignent tout juste 10 % de la moitié de la somme nécessaire pour la première phase. Le 1er juin 2013, trois partenaires internationaux promettent de contribuer à hauteur de 28,1 millions US à la première phase des plans nationaux des deux pays qui se partagent l'île. Ce montant doit être partagé entre la République d'Haïti et la République dominicaine.


Le financement intégral du plan d'élimination du choléra ne constitue pas encore une priorité pour la communauté internationale.

 

 Le Plan d'élimination du choléra en Haïti  


 
 
1-Répartition sectorielle du budget

 
2-Financement annoncé en % 
du budget


  3- Engagements des contributeurs internationaux 

ONU     OPS/OMS  

 AUTRES FONDS   NON-FINANCÉ